Olivier_Gadet_coaching

L’intelligence collective pour les managers

Elle est un véritable thème de société

Tout autant qu’un vrai sujet de management !
L’intelligence collective est devenue un thème récurrent, quasi omniprésent, pour ne pas dire obsédant. Sujet de société, et grand thème au sein de beaucoup d’entreprises.

Mais c’est quoi l’intelligence collective ?

L’intelligence se situe à l’intérieur de chacun d’entre nous, et plus précisément dans notre cerveau. C’est un truc très particulier, difficile à définir et à appréhender, puisque cette intelligence ne peut être calculée ni comparée sur la base d’un référentiel précis et universel. Il n’existe pas d’échelle de Richter de l’intelligence, aucune graduation sérieuse, hormis peut-être le Q.I., le quotient intellectuel, inventé au XIXème siècle et dont on pourrait discuter longtemps avant de tous tomber d’accord. Disons qu’on a au moins une base avec ce truc, c’est déjà ça.

On s’accorde donc poliment à dire qu’il existe plusieurs formes d’intelligences, ce qui nous permet d’ouvrir bien grand portes et fenêtres et d’y faire passer à peu près tout ce que l’on veut. Le psychologue américain Daniel Goleman a écrit plusieurs ouvrages références, parmi lesquels l’intelligence émotionnelle, et l’intelligence relationnelle. La « collective » est l’une de ces formes d’intelligences, et elle a l’avantage d’être surveillée de près et par tous, dans le monde professionnel.

L’intelligence doit d’abord être individuelle

L’intelligence collective, avant de pouvoir exister, a besoin en premier lieu de s’appuyer sur des individus eux-mêmes dotés d’un certain niveau d’intelligence. Il pourra être intéressant ici de vous référer à un autre article nommé Ah les cons !, portant sur les cons ou de vous plonger dans quelques saines et amusantes lectures :

Une fois ce minimum requis d’intelligence individuelle, c’est Jacques Lacan, psychiatre et psychanalyste français , qui nous ouvre peut-être une piste de réflexion intéressante. En effet, parmi ses travaux effectués dans les années 60, Lacan apporte un concept à la notion de groupe. Il théorise en effet l’idée que plusieurs individus, animés d’un même objectif, partageant des contraintes, un environnement et certaines valeurs, puissent faire naitre une sorte de personne morale nouvelle, supérieure à eux et qui prévaut sur chaque individu. C’est le groupe. Jacques Lacan le nomme le « comme-uns ».

Managers, mobiliser l’intelligence collective !

Dans une entreprise, qui définit les objectifs ? Qui fixe le cadre et met en lumière les contraintes ? Qui insuffle les valeurs ? C’est le manager, bien sûr. Selon la taille de la société, ils seront plusieurs à le faire, en mode horizontal (le désormais fameux « management transversal ») et aussi verticalement, plus classique, par le biais des managers intermédiaires, chefs d’ateliers, de services ou de groupes.

Olivier_Gadet_coaching
Olivier Gadet et un groupement d’artisans de la Nièvre en juin 2018, champions de l’intelligence collective ! Une micro conférence pour partager les bonnes pratiques d’une communication d’entreprise efficace.

Dans les petites boites, ce sera le patron lui-même. Et il en sera de même dans les organismes publics et les structures associatives.

Alors, patrons ou managers, surtout pensez-y : votre job est complexe car vous devez faire tourner la boutique, gérer autant d’urgences que de conflits, atteindre les objectifs. Mais n’oubliez pas non plus que vous seuls pouvez aider votre équipe à développer le « comme-uns » de Jacques Lacan et faire naître ainsi l’intelligence collective. Tout seul on va plus vite : partez devant pour mener vos gens. Mais à plusieurs on va plus loin : retournez vous pour transmettre et partager vos doutes et vos réussites.

Le pari managérial à faire en 2021

L’année bizarre et si dure que nous avons traversé est loin d’être terminée. La Covid ne nous fichera pas la paix comme ça, du jour au lendemain. L’entreprise va devoir continuer à s’adapter et à se transformer, parfois violemment. Pour y faire face, les managers ont peut-être un intérêt fort à changer de posture, pour s’appuyer  sur les idées et les avis de chacun. Intégrer (ou réintégrer) chaque membre d’une équipe dans le processus de réflexion, de changements et de décisions. Solliciter des avis consultatifs…

Responsabiliser les collaborateurs dans la vie de l’entreprise, c’est bien sûr s’exposer à quelques déconvenues dans un premier temps, mais c’est plus sûrement s’assurer une investissement plus fort de chacun, à moyen et long terme. Un pari à lancer maintenant, qui s’appuie sur l’intelligence collective, que le manager doit initier, pour devenir ensuite un simple orchestrateur. Un facilitateur.

Et vous ? Votre intelligence collective ?

Il serait facile de vous proposer de commenter cet article en vous demandant d’évoquer toutes les fois où ça a « merdé ». Mais le vrai défi, c’est de vous proposer d’identifier les moments où vous (ou votre manager) avez su élever l’équipe vers ce niveau d’intelligence que nous recherchons tous. A vos claviers, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.